Description du projet

Huile sur toile

Dimensions : 57 cm x 68 cm

Signée en bas à droite : Tio Kiem Hieu

Datée et contresignée au verso : 1957

Betjaks drivers Djakarta (conducteurs de Betjak)

Sambodja (Tio Kiem Hieu) Né en 1931 (Purworejo – Java – Indonésie)

Artiste peintre indonésien d’origine chinoise.

 

Becak est prononcé «Bet-cha» (avec un «t» doux) et dans une orthographe antérieure (néerlandaise) était «betjak».

« Le becak est l’incarnation indonésienne de l’omniprésent pédicab, ou cyclo-pousse-pousse, que l’on trouve partout de New Delhi à Taiwan, et même aujourd’hui en tant qu’attraction touristique à Soho à Londres et dans certaines parties de New York.

Mais c’est l’Indonésie, et surtout Java, qui est le véritable cœur du pédicab. Le becak est autant un motif et un symbole de l’Indonésie que la silhouette d’une marionnette wayang kulit, ou l’odeur d’une cigarette au clou de girofle. Le becak, un vélo à trois roues alimenté par une pédale avec un siège passager, est le descendant des pousse-pousse originaux tirés à la main qui sont originaires du Japon au 19e siècle.

Le design et le style varient d’un pays à l’autre, et même d’une ville à l’autre, mais en Indonésie, le passager est assis à l’avant, avec une vue imprenable sur les rues animées. Malgré les meilleurs efforts des gouvernements municipaux, becak continue de fournir des transports et des emplois à des millions de personnes en Indonésie.

Il y a littéralement des centaines de milliers de becaks en Indonésie, mais cela n’a pas été toujours le cas, et malgré leur image intemporelle, ils sont en fait un ajout relativement récent au paysage urbain.

Le Becak uniquement pour les marchandises avant la première guerre mondiale

Avant la seconde guerre mondiale, le becak était pratiquement inconnu.

Il y avait des tricycles utilisés pour le transport de marchandises depuis de nombreuses années, mais ce n’est qu’en 1936 que le premier becak transportant des passagers a frappé les rues de Jakarta.

Les autorités néerlandaises ont immédiatement détesté la nouvelle invention, s’inquiétant de la sécurité et de la congestion, et donnant le ton à l’attitude du gouvernement à l’égard des becaks jusqu’à présent. Ils auraient pu agir pour les éliminer complètement, mais l’Histoire est intervenue.

L’influence japonaise

En 1942, les forces impériales japonaises débarquent en Indonésie, évincent les Hollandais et provoquent une forme de domination coloniale encore plus oppressante.

Alors que l’identité nationale indonésienne se frayait un chemin vers la lumière, les villes s’étouffaient. Les Japonais contrôlent étroitement la disponibilité de l’essence, interdisent la propriété privée des véhicules à moteur et finissent par étrangler les anciens réseaux de bus et de tramway.

Le cheval

Il sera sans aucun doute douloureux aux navetteurs qui font face à l’impasse de Jakarta et Surabaya modernes de savoir que les deux villes disposaient autrefois de systèmes de transports publics complets et efficaces.

La seule source majeure de transport urbain qui a survécu sous les Japonais était le dokar tiré par des chevaux, qui remplissait les rôles occupés à la fois par les becaks et les taxis.

Mais un cheval était une denrée chère, difficile à nourrir à une époque où de nombreuses personnes souffraient de la faim, et elles ont rapidement commencé à disparaître également. Entrez dans le becak, jusque-là une bizarrerie et une nouveauté.

Bon marché, peu d’entretien et ne nécessitant pas de carburant autre que la force de son conducteur, le becak est rapidement devenu le principal – parfois le seul – moyen de transport public.

Les troubles de l’après-guerre et la longue lutte pour l’indépendance ont fait que les réseaux de transport organisés ne se sont jamais vraiment rétablis. Verrouiller la porte de l’écurie était inutile après le départ du cheval, et les dokars ne sont jamais revenus en nombre. Mais le becak a proliféré.

Expansion

En 1953, il y avait environ 40 000 personnes à Surabaya et, en 1981, les chauffeurs de becak constituaient environ 3% de la main-d’œuvre de cette ville. Dans les années 80, il y avait bien plus de 100 000 à Jakarta… » »

velo-prix2850 € *

* hors frais de port

Pour acquérir cette œuvre,
contactez nous au :
06 08 15 23 92
ou mail contact@galerielesechappeesdelart.fr