Description du projet

Huile sur isorel

Dimensions : 54 cm x 65 cm

Signée en bas à droite: langlois bellot

Cachet d’atelier au verso

Cap d’Hona port de Banyuls sur mer

Jeanne Langlois – Bellot (1894-1986)

Peintre de paysages et de marines. Elle a exposé aux expositions de « L’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs » de 1949 à 1958.

Jeanne Langlois-Bellot, installée à Paris, peignait beaucoup les bords de mer. «Ces tableaux sont le reflet de ses voyages en Italie, en Egypte, au Portugal, en Grèce ou en Hollande»,. Elle a exposé aux côtés de son maître Willem Van Hasselt mais aussi de Lotiron, Vuilermoz, Delplanque

L’état acheta le 23 septembre 1952 une de ses œuvres.

Le Cap d’Hona au travers de cartes postales anciennes.

Sources : Le blog de Albert CALLIS

Le fonds de Marc Vaux en possession du Centre Georges Pompidou en date du 22 février 1980. Deux œuvres de l’artiste apparaissent au sein de ce fonds sous forme de plaques de verre.

Le fonds Marc Vaux

Le fonds Marc Vaux est composé en majorité de reproductions d’œuvres de près de 5 000 artistes habitant à Paris de 1920 à 1970. Il présente également l’intérêt de témoigner du foisonnement artistique et intellectuel de cette période essentiellement dans le quartier de Montparnasse à travers des photographies d’ambiance, des portraits d’artistes dans leur atelier, des vues d’architecture, etc.

Il en résulte la typologie suivante :

La plus grande majorité des plaques de verre reproduit des œuvres (peintures, sculptures, dessins, livres, affiches, mobilier, etc.) photographiées dans différents contextes : dans les ateliers même des artistes, dans les galeries parisiennes de l’époque, dans divers salons parisiens et dans quelques musées (Louvre, Jacquemart-André, Saint Denis).

Marc Vaux a systématiquement délimité l’œuvre sur la plaque de façon à recadrer volontairement les clichés lors du tirage. Certaines reproductions d’œuvres sont accompagnées de vues d’intérieur, de portraits d’artistes et de personnes non encore identifiées.

Biographie de Marc Vaux

Marc Vaux nait le 19 février 1895 à Crusai dans l’Orne et meurt à Paris le 25 février 1971. Mobilisé lors de la première guerre mondiale, il a 22 ans lorsqu’il est évacué des champs de bataille de Champagne avec une grave blessure au bras droit.

Réformé, il recevra une pension de mutilés de guerre à vie. Ce menuisier ébéniste doit cependant trouver une nouvelle vocation.

Il entre en 1915 à l’École de rééducation professionnelle des mutilés de guerre et y perfectionne sa passion d’avant-guerre : la photographie.

Paris après la Première Guerre Mondiale

De retour à la vie civile, il arrive à Paris et gagne modestement sa vie en faisant le portrait des commerçants de son quartier, d’artisans posant dans leur atelier et exécute des agrandissements de parents morts au front.

Après l’Armistice, il s’installe place de la Concorde, photographie les passants et fait le commerce de ces portraits. A cette époque, Marc Vaux habite dans le quartier de Montparnasse avec sa femme au 23 avenue du Maine, non loin de l’impasse du 21 où logent Marie Vassilieff et Maria Blanchard.

Montparnasse

Il fait la connaissance du sculpteur Charles Desvergnes (1860-1929) par l’intermédiaire de son marchand de couleurs chez lequel il achète ses plaques et ses produits photographiques. Il lui demande de photographier ses sculptures et ses dessins et le recommande à d’autres acteurs de la vie artistique de Montparnasse. Dont Maria Blanchard et Marie Vassilieff, qui elles-mêmes le présentent à leurs cercles d’amis artistes.

Dès 1920

Le milieu artistique de Montparnasse apparaît alors dans son œuvre : fort de ces premières expériences, il commence à proposer ses services aux artistes, développe ses compétences en reproductions d’œuvres d’art et illustre également la vie intellectuelle et festive du quartier de Montparnasse des années 20-30 : portraits d’artistes, académies, bal costumés, cafés etc.

Le photographe des peintres

Marc Vaux devient rapidement le « photographe des peintres », spécialiste des photographies de sculptures, peintures et artistes dans leur atelier. En effet il a pour clients des personnalités peu connues ou des maîtres illustres comme Henri Matisse ou Brancusi, et travaille aussi pour des galeries parisiennes et photographie le salon des Indépendants, les salons d’automne et de mai.

Rue de Vaugirard

Son atelier de l’avenue du Maine n’offrant pas les commodités de l’eau courante nécessaire au développement des tirages, il rénove en 1927 une ancienne dépendance du domaine de madame de Maintenon située au 114 bis rue de Vaugirard. Ainsi ce nouveau lieu plus spacieux lui laissera assez de place pour travailler, organiser quelques expositions et même louer des dépendances à plusieurs artistes, dont Henri Matisse.

Le foyer d’entraide aux artistes et aux intellectuels

Les chroniqueurs contemporains de Marc Vaux le décrivent comme une personnalité de Montparnasse généreuse et militante. En 1943, Il loue à son nom une chambre pour permettre au peintre Rabinowitcz dit Benn de se cacher jusqu’à la fin de la guerre, puis participe à la Libération de Paris en tant que résistant (FFI Paris sud C.D.L.R.).

L’après Seconde Guerre Mondiale

Sensible à la situation très précaire des artistes après-guerre, il fonde en 1946 le Foyer d’entraide aux artistes et aux intellectuels au 89 bld du Montparnasse dont la cantine propose tous les jours jusqu’à 500 repas à prix modique. En qualité de secrétaire général du « Comité Montparnasse », Marc Vaux devient une figure centrale de Montparnasse et s’investit pour faire revivre ce quartier comme foyer d’art. Il organise des expositions dans la Galerie du Foyer, anime l’élection annuelle du plus beau modèle et crée en 1948 la revue « Montparnasse-Carrefour des Arts » qui ne connaîtra cependant que dix numéros.

Le Musée du Montparnasse

Il ouvre en 1951 le Musée du Montparnasse, au 10 rue de l’Arrivée, dans lequel il expose ses propres peintures, ses reproductions photographiques et des souvenirs collectés au fil des ans. Dans les années 60, Marc Vaux a le projet de créer un Centre culturel de Montparnasse et un foyer international des arts en place de l’ancien Hôtel Rigaud mais n’aura malheureusement pas le temps de concrétiser cet engagement avant sa mort en 1971.

Sources : bibliothèque Kandinsky

 

Une autre œuvre de paysage marin vous est proposée par la Galerie.

velo-prix2 350 € *

* hors frais de port

 

Pour acquérir cette œuvre,
contactez nous au :
06 08 15 23 92
ou mail contact@galerielesechappeesdelart.fr