Information sur l'oeuvre

Lithographie

Dimensions de l’image : 18,5 cm x 11,5 cm
Dimensions totales : 23,5 cm x 16 cm

Tirage de l’édition : 69 ex

Année 1978

Signée en bordure de marge et numérotée 7/69
A l’arrière « Bonne Année 1979 vous souhaitent Camille et Ruth Hirtz »

Lithographie abstraite 1978 graphismes espoir

Camille Hirtz (13/04/1917 Strasbourg – 14/06/1987 Strasbourg)

Né à Cronenbourg d’un père qui possédait une petite entreprise de peinture et de décoration.
Après des études secondaires avant de s’orienter vers des études techniques sur les conseils de son père.
Il est inscrit à l’Ecole des Arts décoratifs de Strasbourg de 1935 à 1938 et fréquente les cours et les ateliers de Kamm, Cammissar, Schneider et Solveen. Il part ensuite à Paris et entre à l’Ecole supérieure des Beaux-Arts et dans l’atelier Sabbaté. Pendant ses études et jusqu’en 1939, subit

l’influence de l’Impressionnisme puis, précise J.P. Schneider, plus particulièrement de Gauguin et de certains tendances symbolistes. Il début par une peinture figurative, assez proche du Fauvisme
et haute en couleurs. Lui-même précise en 1964 : « Je suis parti, à mes débuts (1938), de solides connaissances figuratives. Pourtant, dans ma peinture, la structure architecturale et colorée fut de tout temps plus importante que la figuration ».
En 1946, il adhère au Groupe de l’Issue et devient professeur à l’Ecole des Arts décoratifs de Strasbourg, où il enseigne les compositions décoratives figurées et non objectives. A cette époque, il est fortement marqué par la guerre et les camps russes où il fut envoyé. Ses huiles témoignent « d’un expressionisme très sombre aux limites du tragique » (Joseph Paul Schneider, 1980).
Mais Camille Hirtz demeure un très fin coloriste, maitrisant le solfège des couleurs, selon son expression.
Apres son retour de captivité, d’abord professeur à l’Ecole Commerciale de Strasbourg, il fut rapidement nommé professeur à l’Ecole des Arts Décoratifs ou il allait dispenser un enseignement de haute qualité dans des disciplines diverses.
A partir de 1947-1948, le peintre précise qu’il pousse de plus en plus vers la simplification, avec un abandon de la perspective. Il pratique une peinture figurative de plus en plus fortement charpentée avec une multiplication d’éléments géométriques, avant de glisser vers une abstraction lyrique, où la couleur-lumière joue ensuite un rôle essentiel. Il éprouve de plus en plus le besoin de simplifier le monde réel, la représentation des êtres humains, des objets et des choses et aboutit à la création d’un univers surnaturel dans des compositions lyriques et poétiques où jouent les volumes et les couleurs.

Chargé, à l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg, plus spécialement de l’atelier de peinture en 1968, il fut appelé au poste de coordonateur du Département Arts jusqu’a sa retraite en juin 1981.

Il exposa régulièrement à la Maison Alsacienne rue Brulée à Strasbourg, à partir de 1949, puis à la Maison d’Art Alsacienne, Ancienne Douane à partir de 1972.

Citation : « Car si Hirtz est un artiste, il est aussi un artisan amoureux des mille secrets de la technique, inventeur de théories sur les couleurs, de matériaux, de mélanges nouveaux… » Camille Claus, Dernières Nouvelles d’alsace, 4 novembre 1957.

Sources : Les peintres et l’Alsace autour de l’impressionnisme –Edition la Renaissance du Livre 2003 – Hélène Brauener et Victor Beyer.

velo-prix2 50 € *

* hors frais de port

 

Pour acquérir cette œuvre,
contactez nous au :
06 08 15 23 92 et 06 08 15 23 91
ou mail contact@galerielesechappeesdelart.fr